Évolution du prix de l’immobilier à Londres : quelle tendance pour l’avenir ?

choisir entre un portage immobilier ou une vente à réméré
Comment choisir entre un portage immobilier ou une vente à réméré ?
mars 7, 2024
Prix immobilier en Angleterre : Le panorama des coûts par ville
mars 8, 2024

Évolution du prix de l’immobilier à Londres : quelle tendance pour l’avenir ?

Évolution du prix de l'immobilier à Londres : quelle tendance pour l'avenir ?

Evolution prix immobilier Londres

La capitale britannique est sans conteste une ville qui fascine autant pour son histoire et sa culture que pour son dynamisme économique. Investir dans l’immobilier à Londres suscite depuis longtemps un véritable engouement, notamment en raison des importantes valorisations qu’a connues le marché ces dernières années. Cependant, le contexte actuel soulève des interrogations quant à l’évolution des prix immobiliers à Londres sur le court et moyen terme.

Une hausse significative des prix jusqu’en 2018

Jusqu’en 2018, le marché immobilier londonien a connu une croissance quasi ininterrompue depuis plusieurs décennies. Les raisons sont multiples :

une forte demande, alimentée par la croissance démographique et le nombre croissant de personnes venant travailler ou étudier à Londres, – un parc immobilier limité , en particulier en ce qui concerne les logements neufs et respectant les normes environnementales actuelles, – la spéculation sur certains biens, poussée par l’attractivité du marché pour les investisseurs étrangers.

Cette combinaison de facteurs a permis aux prix immobiliers de connaître une véritable envolée, faisant de Londres l’une des villes les plus chères au monde pour se loger. Tout sur l’immobilier en Angleterre https://um-smart.org/category/real-estate/.

Un ralentissement enregistré depuis 2019

Depuis 2019, la tendance s’est inversée, avec un ralentissement notable de la croissance des prix immobiliers dans la capitale britannique. Ce tassement est dû à plusieurs éléments :

le Brexit, qui a entraîné une incertitude économique et politique impactant lourdement le marché immobilier, – une saturation du marché, notamment en raison de la construction de nombreux logements neufs souvent plus onéreux que les biens anciens, – la mise en place de mesures fiscales pour limiter la spéculation immobilière, comme par exemple l’augmentation des droits de mutation ou l’imposition sur les bénéfices réalisés lors de la vente d’un bien.

Au total, ces facteurs ont contribué à refroidir le marché et à amener une modération des prix, voire une baisse dans certaines zones.

Le marché immobilier londonien face à la crise sanitaire

La pandémie actuelle accentue encore davantage ce ralentissement de la croissance des prix immobiliers à Londres. Les restrictions liées au confinement et à la distanciation sociale pèsent sur les transactions immobilières et augmentent considérablement les délais pour conclure une vente ou une location.

En outre, si beaucoup d’experts prévoient un rebond rapide du marché une fois la crise sanitaire maîtrisée, d’autres estiment que cette situation pourrait remettre en question le modèle de densification urbaine prôné depuis longtemps par la ville de Londres. En effet, la crise actuelle met en lumière les risques sanitaires associés à une forte concentration d’habitants au sein d’un même espace, pouvant conduire à une volonté de vivre dans des zones moins densément peuplées.

Les perspectives pour les années à venir

De manière générale, les experts s’accordent sur le fait qu’il est difficile de prévoir avec précision l’évolution du prix de l’immobilier à Londres sur le moyen et long terme en raison de certains facteurs clés :

  • la durée et l’ampleur de la crise sanitaire actuelle,
  • les modalités et conséquences concrètes du Brexit,
  • la politique municipale et gouvernementale en matière de logement et d’urbanisme.

Néanmoins, il est indéniable que le marché immobilier londonien présente certaines spécificités qui pourraient contribuer à soutenir les prix :

une attractivité toujours très forte pour les investisseurs, notamment asiatiques, – un niveau de demande structurellement élevé, avec un nombre croissant d’étudiants et de travailleurs cherchant à se loger, – l’ancienneté du parc immobilier, qui entraîne une rénovation importante et parfois coûteuse de nombreux biens.

Il est donc probable que malgré les incertitudes actuelles, le marché immobilier londonien retrouve rapidement son dynamisme et son pouvoir d’attraction. Toutefois, les acheteurs, vendeurs et investisseurs devront rester attentifs aux évolutions politiques, économiques et sanitaires pour adapter leur stratégie en conséquence.