Quelle est la durée de l’engagement de location en déficit foncier ?

gestion de patrimoine
Qu’est-ce que la gestion de patrimoine ?
juillet 14, 2023
loi Malraux
Quelles sont les réductions d’impôts possibles en loi Malraux ?
janvier 3, 2024

Quelle est la durée de l’engagement de location en déficit foncier ?

investir-immobilier-locatif

investir-immobilier-locatif

Posséder un bien immobilier locatif est très différent de posséder un bien immobilier résidentiel. Bien que les investisseurs soient confrontés à de nombreux risques communs, notamment le manque de transparence et l’incertitude politique et économique, chaque type d’immeuble de placement présente des caractéristiques uniques en fonction de son utilisation, de son emplacement, de ses améliorations et de sa permanence. Chaque investissement locatif est soumis à des règles fiscales qui affectent le retour sur investissement.

Comment réussir dans l’investissement immobilier ?

Investir dans l’immobilier locatif présente de nombreux avantages. Il est même possible d’obtenir des avantages fiscaux en choisissant un investissement plus précis. C’est le cas de l’investissement en déficit foncier. Justement, Gridky peut vous aider à être éligible à ce dispositif. En effet, il y a des règles qu’il faudra savoir, notamment le respect de la durée de l’engagement de location en déficit foncier. Le bien doit être mis en location pendant 3 ans pour obtenir jusqu’à 10 700 euros de déficit foncier.

En outre, il importe aussi de suivre les conseils suivants :

  • Une planification minutieuse : De nombreuses personnes se lancent dans l’immobilier sans avoir mis en place une stratégie rentable.
  • Une diligence raisonnable détaillée : Dans leur empressement à conclure un contrat plus rapidement que leurs concurrents, plusieurs acheteurs ne vérifient pas correctement l’historique, l’état et les limites d’un bien immobilier potentiel, ce qui entraîne souvent des coûts de rénovation élevés et inattendus.
  • Des conseillers compétents et expérimentés : Les investisseurs immobiliers qui réussissent disposent d’une équipe de conseillers qui les aident à identifier, analyser, acheter, financer, gérer et vendre des biens immobiliers, comme l’équipe de Gridky.

Types de biens immobiliers

Le terme « immobilier » englobe de nombreux types de biens différents :

  • Les biens immobiliers non bâtis : Les investisseurs achètent des terrains non bâtis à des fins diverses, notamment pour l’agriculture ou l’élevage, l’exploitation des ressources naturelles, la vente ou le développement futur. Le prix d’un terrain non bâti dépend de son utilisation possible, comme l’agriculture ou les immeubles de bureaux. La proximité de la ville et l’objet d’un changement de zonage approuvé déterminent souvent la valeur de la propriété.
  • Qu’il s’agisse d’une maison individuelle ou d’un logement à plusieurs unités, y compris des appartements ou des condominiums, la propriété est généralement utilisée à des fins résidentielles. Il peut s’agir de maisons individuelles ou d’ensembles immobiliers comprenant des centaines de logements locatifs qui nécessitent un entretien permanent et une gestion active pour maintenir le taux d’occupation et augmenter la valeur du bien.
  • Immobilier commercial : Ce secteur comprend les immeubles de vente au détail tels que les immeubles de bureaux, les supermarchés et les magasins, ainsi que les immeubles industriels tels que les entrepôts et les usines. L’immobilier commercial nécessite une gestion active en raison de la concurrence, de l’entretien physique, de la rotation des locataires et de la variété et de la complexité des conditions de location. Les propriétaires fonciers sont souvent confrontés à des problèmes juridiques, de zonage et d’environnement.

Règles et réglementations relatives à l’impôt foncier

Lorsqu’elle est correctement organisée et gérée, la propriété d’un bien immobilier d’investissement peut offrir des avantages fiscaux significatifs à son propriétaire. Les règles générales relatives au traitement fiscal des biens d’investissement sont les suivantes

  • Les coûts liés à l’acquisition de l’immeuble (taxe sur les immobilisations, droits d’enregistrement) sont inclus dans le coût de l’immeuble et amortis.
  • Les frais liés au financement de l’immeuble (frais d’emprunt, frais de dossier de prêt au logement) sont amortis sur la durée de l’emprunt.
  • Les dépenses liées à l’exploitation du bien (taxes, assurances, services publics) sont déductibles en tant que dépenses ordinaires.

Cependant, les lois fiscales sont complexes et leur application dépend du type de propriété et de la classification fiscale du propriétaire, ce qui signifie que certains investisseurs peuvent être en mesure d’éviter l’impôt sur différents revenus alors que d’autres ne le peuvent pas.